Agrandir/Réduire la police

Actualités

AccueilActualitésActualités
 

Journée Demandez à un restaurateur

5 novembre 2021

Retrait des surpeints pour révéler la polychromie d’origine sur un des bas-reliefs du calvaire d’Oka, Musée de la civilisation. © CCQ (MCC), Guy Couture 

Les restauratrices et les restaurateurs du Centre de conservation du Québec du ministère de la Culture et des Communications ont participé à la journée Demandez à un restaurateur en répondant à quelques questions qui leur ont été posées dans les médias sociaux. Dans le cadre de leurs fonctions, ceux-ci sont habitués à prendre soin, entre autres, d’artefacts, de sculptures, de peintures, de meubles, de livres et de monuments patrimoniaux. Ils vous font donc part de leur expertise en matière de conservation-restauration. 

J’ai fait l’achat d’une toile. Comment puis-je l’entretenir en étant certain de ne pas l’abîmer?
Il est possible de dépoussiérer un tableau avec un pinceau à poils doux, si un examen visuel vous permet de constater que la peinture ne s’écaille pas. Il faut éviter l’utilisation d’un chiffon humide ou de produits d’entretien qui pourraient endommager les œuvres. Pour obtenir de plus amples détails, consultez la section Vos objets de valeur.

J’ai un important statuaire en plâtre. Y a-t-il encore des artistes pour en faire la restauration?
Certains artistes ou artisans offrent en effet leurs services pour restaurer des statuaires de plâtre, principalement à caractère religieux. Leurs interventions consistent, la plupart du temps, à redonner un aspect neuf aux statues, en recréant ou en réinterprétant, par exemple, leur fini peint (ou polychromie).

En revanche, la pratique des restaurateurs professionnels est guidée par un code de déontologie qui vise d’abord à assurer la pérennité des œuvres et à préserver leur intégrité matérielle, historique ou esthétique. La restauratrice professionnelle ou le restaurateur professionnel fera emploi, entre autres, de matériaux réversibles, le tout consigné dans une documentation.

Je suis étudiante en histoire de l’art. Quel est le cheminement pour devenir restauratrice d’œuvres d’art au Québec?
Les programmes de formation reconnus dans le réseau professionnel des restaurateurs en Amérique du Nord et en Europe sont de deuxième cycle universitaire (maîtrise). Différents programmes avec des champs d’intervention spécifiques (par exemple la restauration de peintures, d’œuvres sur papier, etc.) sont donnés par des universités canadiennes, européennes ou étatsuniennes.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter la liste des établissements d’enseignement en visitant la page Liens d’intérêts du Centre de conservation du Québec ou la section Devenir restaurateur sur le site Web de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration des biens culturels.

J’aimerais faire évaluer la valeur d’une œuvre. Les restaurateurs du Centre de conservation du Québec peuvent-ils le faire?
Les restauratrices et restaurateurs du Centre de conservation du Québec ne font, en aucun cas, l’estimation de la valeur d’un bien, que ce soit à des fins personnelles ou fiscales. Cette pratique serait en contradiction avec le Code de déontologie des restaurateurs.

Nous vous invitons à communiquer avec l’Association des marchands d’art du Canada ou le Canadian Personal Property Appraisers Group. Ces associations professionnelles vous dirigeront vers l’un de leurs membres qualifiés afin que vous obteniez une évaluation professionnelle.

 

Date de mise à jour : 03 août 2020

Gouvernement du Québec, 2021
© Gouvernement du Québec, 2021