Agrandir/Réduire la police

Centre de ressources

AccueilCentre de ressourcesConservation préventivePatrimoine religieuxConservation préventiveLe rangement des objets

Le rangement des objets

Bien que les monastères et les églises ne soient pas des lieux conçus pour la conservation des objets, ils sont de plus en plus appelés à remplir cette fonction. Même si un objet liturgique n'est plus utilisé ou est en mauvais état, il est dans la tradition de le conserver puisqu'il appartient à la communauté et possède une valeur symbolique, historique ou patrimoniale.

La mise en place de bonnes conditions de conservation dans une église n'est pas chose facile lorsqu'on ne dispose que d'un grenier pour ranger les objets anciens. La prévention est la meilleure solution. Avec des méthodes simples et peu coûteuses, on peut éviter les accidents, empêcher les infestations d'insectes et ralentir la dégradation des objets.

Que doit-on faire ?

Connaître son patrimoine religieux

  • Inventorier son patrimoine religieux (voir la fiche L'inventaire : une nécessité).

  • Regrouper les objets selon leur nature (papiers, métaux, textiles, etc.).

  • Séparer les objets liturgiques anciens de ceux d'usage courant et ranger ces derniers de façon à ce qu'ils soient facilement accessibles.

Bien choisir et aménager les lieux d'entreposage

  • Rechercher des endroits secs, propres, bien aérés, où la température est fraîche et stable. Les endroits humides (caves) entraînent des problèmes de moisissures et d'infestations d'insectes. Les endroits chauds et trop secs (greniers, salles de chauffage) accélèrent la dégradation des matériaux organiques comme le papier, les textiles, le bois, etc. Une pièce libre au presbytère ou une entente avec un musée (dépôt à long terme) peut être une bonne alternative.

  • Aménager des espaces de rangement (étagères, tablettes au mur, meubles à tiroirs, casiers en bois) selon la nature et le volume des objets à ranger.

  • Laisser un espace d'environ 10 cm entre le plancher et les étagères afin de faciliter l'entretien et de prévenir les remontées d'eau en cas d'inondation ou de fuite.

  • Installer des stores aux fenêtres pour diminuer la lumière et la chaleur.

  • Mettre des pièges dans les lieux peu fréquentés afin de détecter la présence de rongeurs et d'insectes (voir la fiche Les insectes et les rongeurs).

Prévenir les dommages

  • Contrôler les variations brusques de température et d'humidité provoquées par la mise en marche et l'arrêt du chauffage. Un thermostat électronique permet une augmentation et une diminution graduelle.

  • Éviter l'encombrement et l'empilement ; un rangement adéquat permet d'atteindre un objet sans en déplacer d'autres.

  • Disposer les petits objets dans des meubles ou des boîtes bien identifiées en polyéthylène* (ex. : Rubbermaid).

  • Ne pas utiliser du carton brun ou du papier journal pour l'emballage des textiles, des livres et des photographies.

  • Recouvrir les gros objets d'une housse de coton pour les protéger de la poussière. Si vous placez des objets sous des tuyaux de canalisation, les recouvrir d'un polythène.

  • La meilleure façon de ranger les tableaux est de les accrocher au mur. Il est possible également d'utiliser des cases verticales en bois. On sépare alors les œuvres par des cartons pour protéger les cadres.

  • Garder les objets précieux, tels que l'orfèvrerie ou les documents de grande valeur, dans un coffre-fort ou une armoire à clé.

  • Placer les objets lourds qui sont déplacés régulièrement en permanence sur des plates-formes à roulettes.

Entretenir et inspecter régulièrement

  • Garder les allées libres et le lieu en ordre.

  • Faire l'entretien ménager régulièrement (passer le balai ou l'aspirateur, épousseter).

  • Vérifier régulièrement l'état du bâtiment : toit, fenêtres, système électrique, tuyauterie, etc.

  • Inspecter fréquemment les lieux afin de prévenir les dommages (infestations, fuites d'eau, etc.).

Des mots expliqués

Polyéthylène ou polythène : matière plastique relativement stable (à long terme, elle peut être sensible aux rayons ultraviolets), avec laquelle on fabrique des mousses (ex. : Ethafoam), des films, des boîtes (ex. : Rubbermaid), etc.

Pour en savoir plus

Notes de l'ICC, Ottawa, Institut canadien de conservation :

- Note n° 3/1, « Examen de dépistage des insectes », 1986.

- Note n° 10/3, « Directive concernant la mise en réserve et l'exposition des tableaux », 1993.

- Note n° 11/1, « La mise en réserve des œuvres sur papier », 1995.

- Note n° 13/2, « Rangement à plat des textiles », 1993.

- Note n° 13/5, « Suspension des costumes en réserve », 1994.

- Note n° 13/12, « Mise en réserve des accessoires vestimentaires », 1994.

INSTITUT CANADIEN DE CONSERVATION. Preventive conservation : Practice, Theory and Research, Preprints of the Contributions to the Ottawa Congress, International Institute of Conservation, 1994, 244 p.

JOHNSON, E. V. et J. C. HORGAN. La mise en réserve des collections de musées, Protection du patrimoine culturel, Cahiers techniques : Musées et monuments n° 2, Paris, UNESCO, 1980, 59 p.

LAFAILLE, M. Comment gérer vos collections ? Le guide de gestion du Réseau Info-Muse, Montréal, Société des musées québécois, 1995.

SCHLICHTING, C. Travail de la mousse de polyéthylène et des feuilles de plastique cannelées, Bulletin technique n°14, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1994, 20 p.

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL en collaboration avec le CENTRE DE CONSERVATION DU QUÉBEC et L'INSTITUT CANADIEN DE CONSERVATION. La conservation préventive dans les musées, série de 19 documents vidéo et manuel d'accompagnement, 1995.

Haut de page

Date de mise à jour : 13 juin 2016

Gouvernement du Québec, 2021
© Gouvernement du Québec, 2021