Culture et Communications
Retour au site Web

Retour à la page précédente

Les risques les moins perceptibles sont parfois les plus dommageables à long terme

L'intoxication au quotidien et l'effet de durée

Les risques liés à une opération peuvent être jugés de prime abord peu importants. Dans le cas du nettoyage au solvant à l'aide de cotons-tiges, la concentration de vapeur respirée est probablement très faible. L'intoxication au quotidien peut être bénigne, et la personne peut ne pas en ressentir les effets. Cependant, s'il s'agit d'une activité régulière échelonnée sur plusieurs années, les risques d'intoxication chronique peuvent être importants. Les effets varieront grandement d'une personne à l'autre et il sera probablement très difficile de déterminer la cause du problème. Quoi qu'il en soit, la santé du restaurateur en sera affectée. Le développement d'une intolérance aux solvants n'est pas une légende urbaine; elle constitue un risque réel. Plusieurs cas de ce genre sont recensés. C'est pour cette raison que les restaurateurs sont encouragés à prendre des précautions particulières lors de l'usage de solvants, notamment à porter un masque, même si, ponctuellement, les concentrations semblent faibles.

Problèmes liés aux postures

Un autre problème récurrent est le risque de souffrir de troubles musculosquelettiques (tendinites, maux de dos, etc.) causés par le travail répétitif et l'adoption de mauvaises postures. La plupart des restaurateurs vivent avec ces troubles ou ont connu des problèmes plus ou moins importants à cet égard. L'enjeu est de taille, d'une part en raison de la réduction de la capacité de travail et, d'autre part, parce que le problème peut se chroniciser s'il est mal traité.

Lorsque le danger vient de l'objet à traiter

Le danger pour la santé peut venir de l'objet à traiter. Il peut s'agir de documents ou d'objets infestés de moisissures ou d'œuvres composées de peintures au plomb, ou même de sculptures recouvertes de tôles de plomb oxydées. Dans chaque cas, il faut s'assurer de la présence d'installations et d'équipements pour les traiter de façon sécuritaire pour l'ensemble du personnel. Sinon, il faut remettre en question l'acceptation de l'œuvre en vue d'un traitement (par exemple, lorsque l'objet moisi est de trop grande dimension pour entrer dans la hotte munie de filtres HEPA).

Le principe de précaution

Même en agissant au meilleur des connaissances, on peut uniquement se protéger des risques connus. Or, ces connaissances peuvent être limitées. De plus, la recherche avance sans cesse. On découvre souvent qu'un produit est plus dangereux que ce qu'on en savait. Les normes sont constamment révisées et deviennent souvent plus strictes. La précaution est donc toujours de mise : il faut se protéger plus que moins et avoir pour objectif d'atteindre le risque zéro.

Date de mise à jour : 01 février 2012

Gouvernement du Québec, 2021