Agrandir/Réduire la policeVersion imprimable

Centre de ressources

AccueilCentre de ressourcesConservation préventiveVos objets de valeurOeuvres et documents papier

L'entretien des oeuvres graphiques et documents papier

Dessin à l'encre noire sur papier, d'Edmond Massicotte, représentant un paysan avec son chapeau de paille et son rateau, collection du Musée de Lachine.On retrouve des œuvres graphiques et des documents sur papier dans la plupart des maisons et des bureaux : dessins à l'encre, aquarelles, estampes, certificats, correspondances, livres, albums, photographies. (Les livres, albums de photographies, spicilèges et photographies feront l'objet d'une autre rubrique ultérieurement.)

Les œuvres d'art et les documents sur papier comptent souvent parmi les objets les plus fragiles et vulnérables en raison de leur nature et de l'usage qu'on en fait. Par conséquent, ils sont facilement endommagés.

Environnement

Le papier est très sensible aux facteurs environnementaux, tels que la qualité de l'air, la température, l'humidité, la lumière (en particulier les ultraviolets), qui fait jaunir le papier, pâlir les couleurs ou affaiblir les fibres. Il faut donc veiller à minimiser leurs effets sur les œuvres.

Entretien

Pour conserver les œuvres de papier en bon état, il faut :

  • Éviter les accumulations de poussière. Un dépoussiérage fréquent avec un pinceau à poils doux est recommandé
  • Si l'œuvre est encadrée, éviter de vaporiser des produits de nettoyage directement sur la vitre ou le Plexiglas. Vaporiser plutôt le produit de nettoyage sur un chiffon doux; cela empêchera les infiltrations à l'intérieur du cadre.
  • Retirer les trombones, élastiques, bandes de caoutchouc, et isoler les coupures de papier journal à l'aide d'un intercalaire avant de ranger l'œuvre ou le document dans un contenant approprié.

Encadrement

Le montage et l'encadrement permettent à la fois de protéger l'œuvre, d'en faciliter l'exposition et de la mettre en valeur. Voici quelques conseils :

  • Pour faire encadrer une œuvre, s'assurer que l'encadreur fasse un montage de type « muséal », c'est-à-dire en utilisant des matériaux non acides et non néfastes pour le papier
  • Ne pas faire laminer une œuvre originale ou d'intérêt historique
  • Pour fixer une œuvre, éviter d'utiliser des rubans autocollants ou des papiers-cache
  • Utiliser un passe-partout fait avec du carton non acide (100 % chiffon, de préférence). S'il n'y a pas de fenêtre en carton, utiliser des baguettes d'espacement pour garder la vitre éloignée de l'œuvre de 2 ou 3 millimètres, au minimum
  • Protéger l'œuvre avec une vitre ou un Plexiglas. Un Plexiglas muni d'un filtre anti-UV diminue les méfaits de la lumière. Par contre, à cause de l'' électricité statique
    Les atomes qui composent la matière peuvent être neutres ou chargés. Si un atome perd un électron, il est chargé positivement, tandis que s'il gagne un électron, il est alors chargé négativement. Le frottement d'un matériau électrostatique provoque une accumulation d'électrons. Le matériau est alors chargé négativement et attire tout ce qui a une charge positive. Une démonstration simple est faite avec une règle en Plexiglas® que l'on frotte sur un chandail en laine. Si l'on approche ensuite la règle de petits morceaux de papier, ceux-ci seront happés par la règle.
    électricité statique
    qu'il provoque, éviter le Plexiglas pour les médiums pulvérulents, comme les pastels et les fusains
  • Utiliser un cadre suffisamment solide selon la dimension de l'œuvre. Le cadre de bois est préféré au cadre de métal pour les œuvres de grande dimension. Par contre, il est nécessaire de sceller la feuillure du cadre pour éviter le transfert de l'acidité du bois vers le passe-partout. Éviter de fermer le cadre au verso avec un panneau de bois ou tout autre matériel contenant des acides.

Mise en valeur

  • L'œuvre encadrée doit être munie d'un accrochage sécuritaire. Les crochets doivent être appropriés au poids du cadre et à la nature du mur qui le soutient
  • Il faut éviter d'accrocher l'œuvre sur un mur donnant sur l'extérieur, près d'une source de chaleur (radiateurs, rayons du soleil et éclairage artificiel dégageant de la chaleur, cheminée, bouche de chauffage, etc.) ou d'un système de ventilation, ou encore dans une cuisine ou une salle de bain
  • Il faut limiter la lumière ou l'éclairage sur les œuvres sur papier. Certains médiums, comme le pastel ou l'aquarelle, sont particulièrement sensibles. La pose d'un store ou d'un rideau à la fenêtre ou encore l'utilisation d'ampoules sans ultraviolets et ne dégageant pas de chaleur permet d'en atténuer l'impact.

Manipulation

Il est très facile d'endommager le papier. Les pliures et les déchirures ne disparaissent jamais, même si des traitements de restauration peuvent faire en sorte qu'il soit difficile de les remarquer. Les marques à la surface peuvent parfois être supprimées, mais ce n'est pas toujours le cas.

La propreté est la règle de base en ce qui concerne toute manipulation. Ainsi, il faut :

  • Éviter de boire, fumer ou manger en présence d'œuvres non protégées
  • Toujours employer un crayon à mine
  • Éviter de fixer des autocollants sur un document de valeur.

Avant de manipuler :

  • S'assurer d'avoir les mains propres et sèches. Les espaces de travail doivent être dégagés et plus larges que l'objet à manipuler. Si possible, porter des gants blancs en coton pour manipuler les objets. Ne jamais toucher directement la surface d'une œuvre d'art
  • Si les objets sont détériorés, repérer les zones les plus vulnérables, comme les déchirures, les bris, les plis, des pièces détachées, etc.

Manipuler les objets le moins possible

  • Protéger les œuvres ou documents s'ils doivent être déplacés. Il vaut mieux manipuler la boîte, la chemise ou le support plutôt que l'objet lui-même
  • S'il faut plusieurs personnes pour manipuler un objet de façon sécuritaire, ne pas tenter de le manipuler seul.

Manipulation des œuvres encadrées

  • Transporter le cadre dans le sens normal de l'image ou à plat, la face vers le haut, si la vitre ne touche pas l'œuvre
  • Utiliser les deux mains sur les montants verticaux du cadre
  • Vérifier la solidité du cadre avant de le transporter.

Rangement des documents 

Oeuvres non encadrées

Afin de protéger adéquatement tout document et œuvre non encadrée des manipulations, des saletés, de la lumière, ou encore des fluctuations d'humidité et de température, un bon entreposage est de mise.

  • La qualité des matériaux entrant dans la composition des contenants protecteurs est importante. Les enveloppes, pochettes, tubes, boîtes, intercalaires doivent être de qualité « archives ». L'utilisation de pochettes de MYLAR® ou de polyéthylène est également recommandée.

À cet effet, consulter les capsules archivistiques publiées sur le site Web du Centre de conservation du Québec.Ces directives présentent les critères généraux de choix et d'achat des papiers, cartons, plastiques adéquats pour le rangement et l'entreposage d'œuvres et de documents. De plus :

  • S'assurer que les espaces de rangement soient propres; ne rien ranger directement sur le sol
  • Éviter l'empilement, particulièrement dans le cas de documents pliés, froissés, courbés, enroulés, gondolés ou comportant un média pulvérulent (pastel ou fusain, par exemple).

Oeuvres encadrées

  • Entreposer à la verticale, si possible
  • Orienter les œuvres encadrées dos à dos, vitre contre vitre, en intercalant un carton entre chaque œuvre. Il faut porter attention aux crochets.

En cas de sinistre

  • En cas d'inondation, l'œuvre sur papier doit être déplacée le plus rapidement possible dans une pièce où la température et l'humidité sont les plus basses possible afin d'éviter l'apparition de moisissures. Un ventilateur placé indirectement sur le document et un déshumidificateur aident à accélérer le processus de séchage et à recréer un environnement sec. Le document est alors placé sur une surface plane, couverte d'un plastique de polyéthylène, et ensuite d'un matériau absorbant remplacé fréquemment, comme des buvards, des chiffons ou des serviettes de coton.
  • Si les œuvres ne peuvent être séchées immédiatement (œuvres avec des médiums solubles, tels que des aquarelles, encres sur papier ou exécutées sur des papiers couchés comme les affiches) ou dans les 2 jours qui suivent le sinistre, elles doivent être stabilisées par la congélation. Le document est alors emballé dans un sac de polyéthylène (Ziploc®) avec, si possible, un buvard, puis mis au congélateur jusqu'au moment de les traiter. En présence de moisissures, il faut isoler le document dans un double sac de polyéthylène et porter des gants et un masque
  • En cas d'incendie et de dommages causés par la fumée, la suie et l'eau, l'intervention d'un restaurateur est requise.

Quand consulter un restaurateur

  • Lorsque les papiers sont instables et fragiles, nécessitant une intervention importante
  • Lors de tout changement structurel et visuel, craquelures, etc.
  • Lorsque les papiers sont fermement enroulés, pliés ou collés
  • S'il y a apparence de présence d'insectes et de moisissures
  • Pour obtenir des conseils en matière de nettoyage, de rangement ou d'encadrement.

En savoir plus

Date de mise à jour : 28 février 2018

Gouvernement du Québec, 2021
© Gouvernement du Québec, 2021