Agrandir/Réduire la policeVersion imprimable

Réalisations

AccueilRéalisationsDétail d'une réalisation
 

La tour du Parlement : un défi de haute voltige

Photo de la tour de l'Hôtel du Parlement de Québec.La construction de l'Hôtel du Parlement de Québec, œuvre de l'architecte Eugène-Étienne Taché, s'est échelonnée de 1877 à 1886. À l'hiver 2006, un examen de la tour du Parlement a été effectué à bord d'un panier de grue à plus de 40 mètres de hauteur.

Un traitement inadéquat, des dommages importants

On constate que, malgré la grande qualité des ornements sculptés dans le calcaire de Saint-Marc, le Parlement a subi plusieurs campagnes de travaux plus ou moins heureuses dans le passé. La pierre a été nettoyée à la brosse d'acier, au jet de sable et les remplacements de pierre ont été faits avec du béton et des armatures d'acier ordinaire qui ont rouillé et endommagé la pierre.

Un suivi rigoureux

À la suite du rapport d'expertise, l'Assemblée nationale a confié au Centre le mandat d'effectuer des tests de nettoyage et de consolidation sur les ornements. Une fois les travaux enclenchés, la participation du Centre s'est élargie à la surveillance de chantier en collaboration avec les architectes.

Les visites hebdomadaires de chantier ont conduit les restauratrices à côtoyer les maçons, les sculpteurs et à arpenter les quatre façades de la tour sur plus d'une dizaine de niveaux d'échafaudage. À la suite de chacune de ces visites, un rapport incluant des commentaires, recommandations et informations techniques était transmis aux architectes concernant les travaux effectués (ou à effectuer) sur les ornements sculptés.

L'image montre une restauratrice effectuant le nettoyage des chapiteaux de la tour de l'Assemblée nationale du QuébecLa photo montre une restauratrice effectuant l'évaluation des travaux de réfection de la maçonnerie de la tour du Parlement.

Les multiples facettes de la restauration

La restauration de la tour du Parlement représentait un défi particulier étant donné sa dimension, le délai extrêmement court et surtout en raison de l'importance du bâtiment classé site historique national. Les travaux de restauration ont comporté de nombreuses difficultés, sans parler des contraintes logistiques et techniques d'un chantier où se côtoient plusieurs corps de métiers. Entre autres, la pose de la feuille d'or sur les inscriptions gravées a dû se faire le soir, afin d'éviter le tumulte et d'obtenir la tranquillité nécessaire pour effectuer la délicate application.

Le Centre intervient depuis longtemps et de plus en plus souvent sur les composantes architecturales. Les restaurateurs travaillent de concert avec les architectes et apportent un éclairage particulier sur la composition, l'état et le traitement des matériaux.

Date de mise à jour : 14 décembre 2011

Gouvernement du Québec, 2019
© Gouvernement du Québec, 2019