Les expéditions de Phips
contre la Nouvelle-France

Illustration Au printemps 1689, la guerre éclate en Europe entre la France et une coalition de pays connue sous le nom de Ligue d'Augsbourg, dont l'Angleterre est l'âme dirigeante. En Amérique, la France veut lancer une attaque d'envergure contre les colonies anglaises et, en particulier, contre la Nouvelle-York. Pour ce faire, elle rétablit le comte de Frontenac dans ses fonctions de gouverneur général, malgré ses 67 ans.

En 1690, Frontenac envoie ses troupes attaquer des villages de la Nouvelle-Angleterre, les détruisant et tuant ou faisant prisonniers leurs habitants. Effrayés et horrifiés, les Bostonnais conçoivent une haine farouche pour leurs voisins du Nord et réclament la destruction de Québec. Les habitants de la Nouvelle-Angleterre s'organisent et font alors front commun contre la Nouvelle-France. Phips est désigné au commandement d'une escadre et il dirige aussitôt ses hommes contre l'Acadie. Il atteint Port-Royal le 22 mai 1690 et s'en empare facilement. Le 9 juin, il rentre à Boston avec un important butin. Le 19 août de la même année, avec une flotte d'une trentaine de bateaux dont 4 gros vaisseaux, et plus de 2000 hommes, Phips fait voile vers Québec.

Ce n'est qu'après plusieurs retards qu'il se présente, le 16 octobre, devant Québec. Au messager de Phips venu sommer Frontenac de rendre la ville, celui-ci répond par ces mots devenus célèbres : « Je nay point de Réponse a faire a vostre general que par la bouche de mes canons et à coups de fuzil... ». Le siège de Québec a donc lieu le 18 octobre, mais Phips est repoussé et doit se résigner quelques jours plus tard à rentrer à Boston.

Au retour, l'escadre de Phips essuie plusieurs tempêtes. Son propre navire arrive à destination en décembre, d'autres en février, tandis que d'autres font naufrage. Quatre ne parviendront jamais à bon port.

La médaille commémorative de la victoire des Français

Médaille commémorative La victoire de Frontenac est célébrée avec éclat en Nouvelle-France ainsi qu'en France où elle est commémorée par une médaille. L'avers de la médaille montre Louis XIV, de profil, et porte l'inscription Ludovicus magnus rex christianus (Louis, le grand roi chrétien). Le revers représente un personnage allégorique foulant à ses pieds le drapeau anglais. À sa gauche, on voit un castor, tandis qu'à sa droite une autre figure symbolique appuyée sur une urne représente le fleuve Saint-Laurent. En exergue, on peut lire : Francia in novo orbe victrix (la France victorieuse au Nouveau-Monde) et au bas, Kebeca Liberata MDCXC.

Cette même médaille sera frappée à nouveau en 1967 et remise à la population du Québec par le général Charles de Gaulle, président de la République française, lors de sa visite mémorable à l'Exposition universelle de Montréal.

Page précédente Retour à l'index