Les céramiques (1996)

La collection de céramiques recueillie en 1995 et 1996 sur le site de l'épave n'était peut-être pas exceptionnelle, mais elle permettait néanmoins de mieux connaître la vie à bord d'un navire en provenance de Boston, au XVIIe siècle. Ce qui était étonnant, c'était la petite quantité de pièces. Il n'y avait qu'une centaine de tessons qui, une fois regroupés, ne formaient peut-être qu'une dizaine d'objets. Ils représentaient tout au plus, selon Gérard Gusset de Parcs Canada, 2 ou 3 pots d'entreposage, un pichet, une amphore, une tasse, 2 pots à pharmacie, une bellarmine et une chope. C'est pauvre !

Il y a plusieurs explications possibles pour comprendre cette « pauvreté ». En dépit du fait que lors du naufrage certains objets ont pu être retirés du navire, l'absence d'objets de céramique peut être révélatrice du mode de vie de l'époque.

Tout d'abord, il va sans dire, ces objets ne se prêtent pas à une odyssée en mer, à cause de leur fragilité. Le petit nombre de céramiques découvertes et leur dimension réduite, qui dépasse rarement 35 cm de hauteur, semblent d'ailleurs indiquer un souci de réduire au maximum l'utilisation de ce matériau à bord du navire, afin notamment d'éviter les bris.

L'examen des cuillères a permis de constater qu'elles étaient vraisemblablement un bien personnel. C'est probablement aussi le cas pour certains objets en céramique. On peut, en effet, distinguer ceux appartenant aux individus, tels que la chope et la tasse, de ceux faisant partie de l'équipement du navire, tels que les pots d'entreposage, le pichet, l'amphore, les pots à pharmacie et la bellarmine. Pour accomplir un tel périple, il est évident que les individus ne devaient emporter que le strict minimum. C'est ce qui peut expliquer la rareté des objets personnels et surtout de ceux en céramique.

Le Massachusetts General Court avait fourni les aliments pour le voyage et l'équipement nécessaire, entre autres, pour transporter l'eau potable et les autres boissons : eau-de-vie, vin et bière. Les récipients utilisés pour transporter les aliments et les liquides n'étaient pas exclusivement en céramique. En fait, les tonneaux et barils en bois étaient beaucoup plus pratiques. Les récipients d'entreposage en céramique trouvés sont relativement petits et aucun couvercle n'a été identifié. Ils devaient être utilisés pour contenir temporairement les aliments provenant d'un contenant plus gros, peut-être en vue de leur consommation prochaine ...

De plus, le navire devait posséder un coffret de chirurgien contenant tous les instruments et les médicaments nécessaires au voyage. C'est ce qui explique la présence des pots de pharmacie qui renfermaient vraisemblablement des pommades et autres médicaments.

La céramique n'était donc pas le matériau idéal à l'époque pour une expédition militaire en mer. D'autres matériaux plus résistants, moins fragiles et plus pratiques, convenaient davantage. Néanmoins, on remarque certains objets personnels, telles la tasse et la chope.

Voici la liste des objets de céramique trouvés en 1996 :

Pots d'entreposage Terre cuite commune (poterie) rouge à glaçure brune
Pichet Terre cuite (poterie) blanchâtre à glaçure verte
Amphore Terre cuite commune (poterie) orange micacée (méditerranéenne)
Tasse Terre cuite (poterie) beige de type slipware du Staffordshire
Pots à pommade (onguents) Faïence à couverte stannifère
Bellarmine Grès rhénan brun
Chope Grès rhénan gris


Page précédente Retour à l'index