Les cuillères et autres ustensiles (1996)

Parmi les 1069 objets métalliques recueillis en 1996 sur le site de l'épave, on compte treize cuillères. Presque toutes ont fait l'objet de traitements, nécessaires pour leur conservation à long terme.

Description

Neuf cuillères sont en étain et quatre en laiton. Onze sont complètes. Alors que les cuillères en laiton ont conservé leur forme originelle, la plupart de celles en étain sont maintenant tordues; ceci est dû aux phénomènes mécaniques associés au naufrage ou à leur présence dans le fond de l'eau depuis 300 ans. L'étain étant très malléable, il n'est pas étonnant de les voir dans un tel état.


Contexte historique

Le faible nombre de couteaux et de fourchettes, qui intrigue à première vue, tient à ce qu'ils étaient faits d'acier doux. L'histoire de la fourchette commence au XVIe siècle en Italie et se répand petit à petit au cours du XVIIe siècle sur les tables des nobles européens. Dès 1670, la classe moyenne commence à utiliser cet ustensile et, vers la fin du siècle, son utilisation devient de plus en plus courante. Donc, théoriquement, les miliciens de Boston ont pu apporter des fourchettes lors de leur séjour en Nouvelle-France.(La fourchette trouvée en 1997 constitue un des spécimens les plus anciens en Amérique du Nord.)

Les couteaux, eux aussi, étaient fabriqués en acier doux et, comme les fourchettes de l'époque, possédaient un manche. Ce dernier peut se conserver, dépendamment du matériau avec lequel il a été fabriqué. Les spécialistes ont d'ailleurs repéré quelques manches en bois de style quadrifolié.

Signification historique

Selon le spécialiste en culture matérielle Phil Dunning de Parcs Canada, la collection de cuillères de l'épave a ceci d'exceptionnel qu'elle contient toutes les formes standard existant entre 1620 et 1690 en Angleterre. Ces cuillères représentent une véritable collection de référence pour le XVIIe siècle. Dunning reconnaît des styles caractéristiques de l'époque, tels le seal top (début du XVIIe siècle) et le slip end (milieu du XVIIe siècle), le trifide (1680-1690) et le lace back (fin du XVIIe siècle). L'ensemble présente à la fois des styles conservateurs et d'autres plus à la mode.

Toutes les cuillères ont été fabriquées en Angleterre, à l'exception d'une qui semble avoir été confectionnée en Nouvelle-Angleterre. Sur celle-ci, on remarque des imperfections résultant de la fonte de l'étain dans le moule; aujourd'hui, elles se présentent sous la forme de minuscules trous répartis un peu partout sur la cuillère, comme si l'étain n'avait pas été distribué également avant le refroidissement.

De toute évidence, les treize cuillères n'appartenaient pas à une seule personne; au contraire, elles devaient appartenir à autant d'individus. Des marques de fabrication et même des initiales confèrent à chacune son individualité.

Cinq cuillères proviennent du même fabricant, le colonel John Shorey de Londres, comme en témoigne le sceau imprimé sur celles-ci. Trois sont de styles conservateurs, donc plus anciennes, tandis que deux sont plus récentes. De plus, trois des cinq cuillères portent des initiales ou des marques personnelles. Dunning croit que la plupart des cuillères ont probablement été achetées d'un seul et même commerçant desservant une communauté locale. En effet, à l'époque il existait des centaines de fabricants comme Shorey, il serait donc fort improbable qu'il ait été le seul choisi si ce n'était une question d'approvisionnement et de disponibilité de marchandises.

Pour en savoir plus

Cotterell, Howard Herschel, Old Pewter. Its Makers and Marks in England, Scotland and Ireland. An Account of the Old Pewterer and His Craft, B. T. Batsford Ltd, London, 1929 (1963).
Emery, John, European Spoons Before 1700, John Donald Publishers Ltd, Edinburgh, 1976.
Gibson, Susan G. (sous la direction de), Burr's Hill, A 17th Century Wampanoag Burial Ground in Warren, Haffenreffer Museum of Anthropology, Brown University, Rhode Island, 1980.
Snodin, Michael, English Silver Spoons, Charles Letts and Company Ltd, 1974.


Page précédente Retour à l'index