Agrandir/Réduire la policeVersion imprimable

À propos du CCQ

AccueilÀ propos du CCQTranscription CCQ Service essentiel

Transcription de la vidéo Un service essentiel!

Image du logo du 35e anniversaire du Centre de conservation du Québec (CCQ) en ouverture.

Deux restaurateurs de l'atelier « bois » remettent en place le bras d'une chaise ancienne. Une restauratrice de l'atelier textile travaille sur un bustier en dentelle. Une femme regarde dans un microscope géant et pour retoucher un tableau. Trois restaurateurs s'affairent autour d'une sculpture en bois.

 René Bouchard, directeur général du CCQ : « Le Centre de conservation a répondu à un besoin important qui s'est exprimé au cours des années 1970. À l'époque, plusieurs conservateurs de musée et de collections d'État avaient pointé du doigt l'état de santé alarmant des collections et souhaité que des restaurateurs scientifiques puissent travailler à leur préservation et à leur remise en état. Donc, le centre, au fond, a vu le jour en 1979. Il a occupé des locaux qui répondaient plus ou moins à ces besoins, avec le résultat qu'en 1989, nous sommes arrivés ici, dans les locaux que l'on occupe présentement. C'est donc ici, dans sept ateliers spécialisés, que plus d'une quarantaine de restaurateurs travaillent aujourd'hui à la conservation et à la restauration du trésor national des Québécois. »

Les mots suivants s'affichent : Peintures, Bois, Archéologie-ethnologie, Œuvres sur papier, Sculptures, Textiles, Métal-pierre.

Des restaurateurs travaillent sur la fontaine de Tourny, située en face de l'hôtel du Parlement à Québec.

Un tableau aux couleurs vives (jaune, bleu azur) portant un graffiti.

Une restauratrice réparant une toile abîmée.

Michael O'Malley, restaurateur de peintures : « Les forces du CCQ? C'est le dynamisme de son équipe avant tout. Ce sont les équipements et les infrastructures que nous avons dans ce bâtiment, qui a été conçu pour la restauration. C'est la possibilité d'échange et d'entraide avec des collègues qui travaillent dans les différents ateliers avec différents matériaux. »

Succession de portraits des restaurateurs et restauratrices du CCQ dans leurs ateliers. Puis, succession de portraits de restaurateurs à l'œuvre avec des équipements spécialisés.

« Nous sommes une institution unique, c'est le plus grand centre de restauration au Canada, avec la plus grande équipe de restaurateurs. »

Une carte du Canada s'affiche et un focus est fait sur la province du Québec, sur laquelle un point indiquant la ville de Québec a été ajouté.

« Nous travaillons avec un code de déontologie qui demande le respect de l'intégrité de l'œuvre, une intervention minimale et la documentation de nos interventions. »

On voit des restaurateurs au travail dans l'atelier « sculptures ». L'une des œuvres est en marbre et représente des anges. Un restaurateur retire l'aile d'un des anges. Une femme travaille sur une tapisserie.

Marie-Chantale Poisson, restauratrice de sculptures : « Pour devenir restaurateur d'œuvres d'art, il faut suivre une formation au niveau de la maîtrise. Au Canada, le seul endroit [où l'on peut le faire], c'est à l'Université Queen's, à Kingston. On choisit une discipline. Moi, j'ai fait une maîtrise en restauration des peintures. Autrement, on peut aller se former en Europe ou aux États-Unis, où des programmes équivalents se donnent également. »

Deux femmes de l'atelier « textiles » échangent à propos d'une œuvre. Un restaurateur dépose une pièce de céramique dans un grand lavabo.

« C'est un métier qui demande absolument une coopération autant entre collègues restaurateurs à travers le monde, parce que c'est un milieu où la connaissance n'est jamais atteinte au bout, où l'on apprend continuellement. Il faut toujours se former, apprendre, parce qu'il y a toujours de nouvelles matières, de nouvelles techniques qui sortent. Donc on ne peut pas tout connaître. On fait appel beaucoup à nos collègues, aux restaurateurs à travers le monde, mais aussi avec des professionnels artisans de tous les milieux. On ne peut pas faire ce métier-là tout seul dans son coin. »

Une restauratrice va déposer un tube métallique dans un équipement spécialisé. Deux hommes de l'atelier « bois » discutent. Trois autres sont penchés au-dessus d'un tableau aux couleurs vives (jaune, bleu azur). Une restauratrice parle au téléphone, en face de la fontaine de Tourny. Deux restauratrices de l'atelier « métal-pierre » examinent des pièces en pierre.

« Un bon restaurateur a un très grand sens de l'observation, c'est quelqu'un de très créatif et à la fois de très scientifique. Ça prend un bon esprit d'analyse et de synthèse. »

Un restaurateur portant une lunette particulière et une restauratrice portant de petites jumelles travaillent minutieusement sur une sculpture. On voit les restaurateurs de l'atelier « archéologie-ethnologie » au travail.

René Bouchard, directeur général : « Le Centre de conservation, c'est le secret le mieux gardé au Québec. À Québec, c'est une caverne d'Ali Baba du patrimoine, c'est un lieu d'émerveillement pour nos visiteurs qui, chaque fois qu'ils viennent ici, ressortent complètement abasourdis par tout ce qu'ils ont vu. Alors c'est vous dire le chemin parcouru en 35 ans! Le Centre est passé d'une période de tâtonnements, de balbutiements au centre à la réputation internationale que l'on connaît aujourd'hui. »

Enchaînement d'images des différents ateliers montrant les restaurateurs au travail, les œuvres qui sont restaurées, dont une tapisserie rouge et orange, un tableau orangé, une carte ancienne et un pot en verre brisé.

On revoit les restauratrices à l'œuvre à la fontaine de Tourny. Succession de portraits des restaurateurs et restauratrices du CCQ dans leurs ateliers.

Image finale : www.ccq.gouv.qc.ca, logo du 35e anniversaire du CCQ et logo du Gouvernement du Québec.

Texte de l'image : « Cette institution nationale relève du ministère de la Culture et des Communications. »

Fondu au noir.

Date de diffusion : 8 septembre 2014.

Auteur : Centre de conservation du Québec, Ministère de la Culture et des Communications.

Date de mise à jour : 08 septembre 2014

Gouvernement du Québec, 2017
© Gouvernement du Québec, 2017