Agrandir/Réduire la policeVersion imprimable

Réalisations

AccueilRéalisationsDétail d'une réalisation
 

Le "New Yorker"

Casque de pompier, après restauration.Ce casque de pompier est connu sous l'appellation « New Yorker ». Il est en cuir bouilli, estampé et verni en noir, et arbore un insigne en cuir portant l'inscription « SUPERINTENDENT – ENGINES – MFD ». Une représentation d'un animal, probablement un lion en laiton qui tient l'insigne, y figure également.

Le casque est composé d'une coiffe et d'un rebord qui fait tout le tour, plus long à l'arrière pour protéger le cou du pompier des coulures d'eau. Au sommet du casque, un système de ventilation est judicieusement intégré. Il est composé d'un obturateur, de quatre rivets et d'un dôme qui couvre les trous des rivets pour empêcher l'infiltration d'eau.

Détail du lion en laitonLe fabricant est le groupe Cairns & Brother ou H.T. Gratacap. Ce dernier était le fabricant d'origine de ce genre de casque, alors que le groupe Cairns fabriquait les insignes en laiton. Le groupe Cairns & Brother a fait l'acquisition de la compagnie de M. Gratacap, à la suite de sa retraite, en 1836, et a poursuivi la fabrication de casques.

Sans connaître l'année de sa fabrication, on peut affirmer qu'il s'agit probablement de l'un des premiers modèles confectionnés, puisque ce qui semble être un lion en laiton a été remplacé par des aigles par la suite, et que le matériau utilisé est toujours le cuir bouilli.

Dégradation du cuir et lettres échappées

L'insigne du casque était dans un état fragile, puisque les lettres « RIN » du mot « SUPERINTENDENT » étaient complètement détachées. Des traces d'adhésif étaient visibles autour de l'inscription.

Détail du casque, avant restaurationPhoto des lettres détachées du casque.

Même si le corps du casque était en bon état, sa surface était pleine de rides et des pertes dans la peinture blanche du devant avaient probablement été causées par un rétrécissement du cuir. Deux des feuilles de cuir composant le casque commençaient à se décoller des papiers intercalaires rouge et vert. Des déchirures et de la saleté étaient visibles un peu partout.

Le rebord du casque était un peu déformé à l'arrière et légèrement abrasé. Enfin, l'obturateur du casque avait été détaché et rattaché à l'envers avec un fil de plastique.

La remise en état

Casque de face, après restauration.Le fragment de cuir des lettres « RIN » étant dans un état très fragile, il a fallu le renforcer avec une doublure et plusieurs bandes permettant de le tenir en place. Il a ensuite été fixé à l'insigne avec trois pointes d'un fil d'adhésif.

Les déchirures ont été réparées à l'aide de produits spécifiques. Enfin, l'obturateur attaché à l'envers a été enlevé et remis correctement. Il a été fixé avec quatre pointes de fil de coton noir. À la toute fin du traitement, il a fallu effectuer un dépoussiérage de l'extérieur de l'objet.

Le casque de pompier appartient au Musée du Château Ramezay, à Montréal.

Date de mise à jour : 14 décembre 2011

Gouvernement du Québec, 2018
© Gouvernement du Québec, 2018